Pour une alimentation de qualité

Le bonheur des goûts retrouvés

Loi alimentation expérimentation pendant quatre ans de l'abattage mobile.

Emilie Jeannin

Les défenseurs de cet abattage à la ferme dont la chercheuse de l'INRA Jocelyne Porcher ont créé une association "Quand l'abattoir vient à la ferme" avec le soutien de la Confédération paysanne. Abattre à la ferme est un moyen de respecter les animaux,travail réalisé par les éleveurs autant que du bien être animal. Dans le cadre de nos entretiens au CESE sur l'avis sur le bien être animal,nous avons reçu Emilie Jeannin éleveuse de Charolais en Côte d'or qui exploite cet élevage avec son frère.Elle s'est tournée vers le modèle Suédois une solution complète de l'abattage au ressuage,qui a reçu un agréement Européen en 2014.Son projet "Le boeuf éthique" chiffré à 1 million d'euros n'est pas sans rencontrer des difficultés pour son financement.Concernant la transformation découpe et maturation,elle préfère rester prudente de peur que ses projets avec des acteurs potentiels de la filière ne subissent des pressions pour renoncer. L'ambition de ces démarches des éleveurs pour l'abattage mobile suscite l'agacement des industriels de la viande,notamment les principaux abatteurs qui redoutent une alternative au modèle productiviste. L'abattage est devenu pour les industriels une activité à faible marge leur permettant d'éliminer tous les petits acteurs départementaux ou locaux,trouvant l'essentiel de la valeur ajoutée sur la transformation et sur le steak haché et ses dérivés. L'apparition de ces alternatives au modèle industriel les inquiète quand même,car ils ne sont pas s'en rappeler que ces abattoirs mobiles soient soumis aux mêmes droits et mêmes devoirs. Bon courage à tous ces éleveurs qui s'engagent dans cette expérimentation.

Nos coordonnées

Association Française pour la Promotion des Terroirs & des Saveurs
Christian Le Lann
45 rue Villiers de l'Isle Adam
75020 Paris